Chirurgie implantaire >3 - Chirurgie implantaire

CHIRURGIE IMPLANTAIRE

Rappel : avant d’entreprendre la chirurgie implantaire, le praticien aura effectué un plan de traitement précis basé sur les examens clinique et radiologique

Remarque : la réponse osseuse autour d’un implant est différente selon qu’elle a lieu dans l’os cortical ou dans l’os spongieux, car les environnements osseux et cellulaires sont distincts.


Réponse osseuse de l’os spongieux

Apposition osseuse :
Les cellules continuent leur activité d’apposition osseuse en produisant un os tissé.
L’apposition osseuse se continue de manière centrifuge (depuis la surface de l’implant en direction de l’os originel) (fig. ci-contre) et centripète (depuis l’os originel en direction de la surface implantaire), afin d’assurer une immobilisation de l’implant dans la structure osseuse.



A - Identification de la densité osseuse

1 - Densité osseuse et "qualité osseuse"
Densité osseuse et qualité osseuse ne sont pas exactement synonymes.


Un os dense assure aisément une bonne stabilité primaire ; cependant, les réactions menant à l’ostéo-intégration sont plus lentes que pour un tissu osseux de moindre densité.

2 - Importance de l’identification de la densité osseuse
Le plan de traitement et les différentes séquences de l’acte chirurgical doivent être adaptés à la qualité osseuse du site implantaire.



L'examen radiographique pré-opératoire et la perception tactile per-opératoire doivent permettre d’identifier avec précision la qualité osseuse du site à implanter.

3 - Classification de la densité osseuse
Une classification simplifiée et pragmatique de la densité osseuse en trois classes – os dense, os normal et os de faible densité – a été proposée.



B - Évaluation radiographique préopératoire

1 - À partir d’une radiographie rétroalvéolaire ou panoramique
La radiographie panoramique donne une idée générale de la qualité osseuse, surtout à la mandibule et en particulier dans la zone postérieure. L’os cortical et la structure trabéculaire sont identifiables

2 - À partir d’une radiographie tomodensitométrique ou CT scan
L’examen scanner adjoint au Dentascan® est un examen de référence qui possède une valeur médico-légale.


C - Positionnement 3D de l’implant

Règles générales de placement
Le but de la chirurgie implantaire est la restauration prothétique implanto-portée. De ce fait, le positionnement de l’implant doit être dicté par le contexte prothétique, adapté à la situation anatomique de l’os et des tissus mous.

La situation est optimale lorsque l’axe implantaire (contexte anatomique) coïncide avec celui de la future couronne (contexte prothétique). Dans certains cas, le volume osseux ou les structures anatomiques avoisinantes ne permettent pas cette concordance.

Les informations prothétiques sont incorporées lors de la fabrication du guide chirurgical. Ce dernier est indispensable lorsque la chirurgie et la prothèse ne sont pas accomplies par le même praticien. Le guide chirurgical communique le contexte prothétique au chirurgien, qui à son tour, évalue la situation anatomique.



Positionnement apico-coronaire.

Le positionnement selon cet axe est le plus délicat du fait du nombre de paramètres à considérer .

En présence, d’une récession gingivale ou d’une résorption osseuse, le niveau de la gencive marginale des dents adjacentes sert de référence



Axe implantaire
L’axe de l’implant coïncide normalement avec l’axe de la crête alvéolaire. Ceci évite la perforation des tables corticales ou la lésion des structures anatomiques adjacentes (nerf lingual).
Cet axe détermine le point d’émergence de la future couronne et, par la suite, le type de rétention de la restauration implanto-portée (transvissée ou scellée).


Axe implantaire

Positionnement dans l’enveloppe des futures couronnes.



positionnement des implants

Suite : D) Séquence chirurgicale commune aux deux protocoles




Chirurgie implantaire

 

PROTOCOLES CHIRURGICAUX

Protocole chirurgicaux, cicatrisation des tissus durs et mous. Stabilités primaire et secondaire de l'implant. Densité osseuse


CHIRURGIE IMPLANTAIRE

Positionnement de l'implant, axe implantaire, couronne implanto portée


REPONSE OSSEUSE, OSTEOGENESE

os spongieux, ostéogenèse de contact, ostéogenèse à distance, surface rugueuse, surface implantaire


PROTOCOLES EN 2 TEMPS

augmentation tissulaire, comblement osseux


INCISIONS, LAMBEAU

Incisions horizontales. Incisions marginales. Incisions de décharge. Trait d'incision,


CHIRURGIE AVEC LAMBEAU

forme de lambeaux, incision


CHIRURGIE SANS LAMBEAU

Accès par forage direct au travers de la gencive, piliers de cicatrisation, technique de l’emporte-pièce.


PROFIL D'EMERGENCE

Modification de la géométrie du pilier de cicatrisation, cicatrisation des gencives, croissance tissulaire.


CICATRISATION TISSULAIRE

Pilier, profil d’émergence, cicatrisation gingivale, couronne posée sur le pilier, guidage des tissus mous


CHOIX DU PILIER DE CICATRISATION

Paramètres intervenant dans le choix d'un pilier de cicatrisation


PILIER DE CICATRISATION

Piliers de cicatrisation : cylindrique ; concave., évasé ; fortement évasé


Voir aussi :


MISE EN CHARGE IMMEDIATE

Chirurgie implantaire : traumatisme accompagné d’une perte de 3 dents.


SUTURE

Protocole chirurgicaux, cicatrisation des tissus durs et mous. Stabilités primaire et secondaire de l'implant. Densité osseuse



  • Mise à jour :Avril 2010